À la une Actualités Politique Syndicats & asso

Monique RUBIN : Posons les bonnes questions aux futurs élus

Article rédigé par Frédéric COUREAU

Retrouvez l’éditorial de Monique RUBIN,Présidente de la Fédération Nationale des Marchés de France publié dans le Dans le magazine Marchés de France.

Savez-vous que, à notre grand dam, le commerce ambulant
ne bénéficie que de très peu de statistiques précises, tant sur le nombre exact d’entreprises, que sur les diverses activités représentées et que sur l’actualisation du poids économique que nous représentons !

Malgré une présence ancestrale bien ancrée dans le territoire et dans tous les pays d’EUROPE, nous avons le sentiment que les marchés sont un peu les « parents pauvres » du commerce de détail.

Notre forme d’activité est englobée dans une image quelque peu archaïque oubliée dans les statistiques officielles ou contenue dans des tiroirs sans visibilité par les autorités tant nationales que locales !
Le fait que le commerce ambulant ne représente qu’une faible puissance financière face aux mastodontes de la distribution actuelle est-il un facteur explicatif de cette absence de projecteurs sur nos activités ?

On peut également penser que la mobilité et l’individualisme de nos entreprises
constituent un handicap pour effectuer des recensements fiables !
Qui s’intéresse vraiment aujourd’hui à nos métiers ?
Qui les considère comme des outils indispensables dans le maillage territorial ?
Très peu de monde, hélas ! Alors profitons de l’opportunité des prochaines échéances électorales pour réagir !
L’intérêt rencontré pour les marchés en période électorale est dû essentiellement au désir des prétendants de prouver à l’électeur leur « soif » de proximité, leur accessibilité et leur attachement aux contacts simples et généreux que seuls les marchés peuvent offrir ! On serre des mains, on échange avec les concitoyens, mais c’est sans manifester de façon formelle un intérêt vis-à-vis du marché et de ses acteurs, le sentiment étant plutôt l’indifférence, voire l’ignorance du fonctionnement de nos entreprises !

Posons les bonnes questions aux « futurs élus », prenons le temps de leur expliquer, lors de rendez-vous préalables avec chacun des candidats, qu’un marché, c’est une activité assujettie à un fonctionnement rigoureux.

Exigeons de leur part des engagements formels pour enfin asseoir la notoriété et la pérennité de nos entreprises !


Monique RUBIN, Présidente de la Fédération Nationale des Marchés de France
Edito à retrouver dans le magazine « Marchés de France » n° 897 de 2019

À propos de l'auteur

Frédéric COUREAU